AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Forum mort. Nouvelle adresse BJ ~ Madness Return.
Pour ceux qui voudraient récupérer leur présentation,
vous devrez vous connecter pour voir les catégories du forum.

Partagez|

Alkione Akane [Finie]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Alkione Akane [Finie] Jeu 8 Avr - 15:16

[Sorry pour le retard. La logistique, tout ça tout ça. Donc , c'est un prédef']


~ IDENTITY ~

NOM : Akane
PRÉNOM : Alkione
SURNOM : ... hum. Kiki pour Asselia... et seulement pour Asselia... ¬ ¬
ÂGE : 19
ORIGINE : Le monde du miroir
ORIENTATION SEXUELLE : Hétéro pur jus.

~ CHARACTER ~

SITUATION FAMILIALE ET AMOUREUSE :
Il n'a jamais connu son père, sa mère est, disons tragiquement décédée, il a une petite soeur, Asselia, perdue de vue et activement recherchée.

PHYSIQUE :
Au premier abord, on a à faire ici à quelqu'un de tout à fait classique dans son genre. Il est bâti solidement, possède une stature plutôt carrée, vigoureuse, de bonne taille, atteignant un joyeux 1.85m. Son allure est fondamentalement masculine, on n'y trouve aucune finesse ambiguë. Ses épaules sont larges, ses bras et son tronc robustes. Debout, il présente une impression de stabilité inébranlable suscitée par la fermeté avec laquelle il se campe sur ses jambes.
Attention néanmoins. Si la bestiole est robuste, il convient de ne pas tomber dans les travers halterophiles. Son poids n'oscille d'ailleurs "que" aux alentours de 73 kg.
Alkione est âgé de 19 ans. De fait, il possède un visage dont l'ovale net est souligné par les restes d'un éclat juvénile sur le déclin. Son teint s'inscrit dans les teintes intermédiaires : il y a à parier qu'exposé au soleil, il tournerait rapidement à une nuance caramel.
Ce visage est encadré d'une chevelure rousse, d'un roux agressif qui s'harmonise au mieux avec son caractère. Celle-ci n'est pas l'objet de grandes attentions, elle est conservée à une longueur réduite, aussi, la plupart du temps, les mèches sont livrées à elles-mêmes et retombent en une joyeuse anarchie.
Les yeux sont d'une taille et d'une forme commune, percé d'iris d'un bleu clair et vif. Le regard est vivace, mouvant, cherchant à emmagasiner le plus de données en un minimum de temps. Face à un interlocuteur, en revanche, il se fait volontiers fixe, tentant de s'immiscer dans le regard adverse, sans la moindre crainte de paraître dérangeant ou inquisiteur. D'ailleurs, s'il y parvient, c'est tant mieux. Ces yeux bleu acier ne sont pas pour autant inexpressifs, loin de là. Leur dureté est narquoise, elle peut se parer d'une lueur franchement mauvaise, mais on n'y trouve aucune froideur, au contraire, l'intérêt est toujours là, brûlant et bouillant.
Lorsque vous êtes son centre d'intérêt, vous le comprenez aisément, car il ne le cache pas. Cependant, il n'est certainement pas très positif de capter ainsi son attention, parce qu'il n'en déviera pas...
Il convient donc de s'appuyer davantage sur son regard pour déterminer son état d'esprit. Sa bouche, si elle est extrêmement mobile et résolument expressive, ne traduit que traîtreusement les variations intérieures de son propriétaire. Alkione est prodigue en matière de sourires, il a tout un panel soigneusement travaillé.
Concernant ses habitudes vestimentaires, il n'y a rien de spécial à en dire, sinon qu'il ne s'embarrasse guère de trop de considérations. Il porte essentiellement des vêtements sombres et plus ou moins près du corps parce qu'il s'agit de ce qu'il estime le plus pratique. On ajoute, pour la postérité, qu'il porte les vestes systématiquement ouvertes.
Un dernier détail, et non des moindres. On ne le verra jamais sans le collier qu'il trimballe par monts et par vaux et à travers les années. S'il le retire, ce n'est jamais pour rien, et il le conserve tout de même à portée de main. Il est très, mais alors très, très, très déconseillé d'y toucher, même - et surtout - s'il fait tout pour vous y pousser. Et croyez bien qu'il n'attend que ça.

CARACTÈRE :
Autant l'annoncer d'entrée : Alkione n'a jamais prononcé deux phrases de suite sans avoir un objectif établi. Et en plus, il a une propension bien personnelle à déformer la vérité, le tout avec une aisance absolue, tout comme il est capable de proférer les pires mensonges avec un aplomb sans précédent. Son grand truc, c'est de réussir à vous amener à agir en votre défaveur. S'il arrive à faire en sorte que vous vous mettiez vous même en difficulté, il est satisfait, d'autant qu'il se fait un véritable plaisir d'asséner le coup de grâce.
Mais il ne faut pas croire pour autant qu'il se contente de peu d'interaction, non. Il est prêt à vous donner toute l'aide nécessaire, à vous mettre toutes les clés en mains, à vous déblayer lui-même une voie royale pour vous voir foncer droit dans le mur. Ah, oui, une précision : généralement, le mur, c'est lui.
A la première approche, il est capable de se révéler très aimable et des plus honnêtes. Il est d'ailleurs souvent d'un contact assez aisé, mais attention. Il est franchement calculateur et d'une extrême auto-discipline, investi de la capacité de supporter quelqu'un d'insupportable pendant très, très longtemps, tant qu'il a quelque chose à y gagner. L'exaspérer n'est pas la solution pour se débarrasser de lui, en revanche, il y a des chances que, son moment venu, il fasse copieusement payer ces égarements.
Au naturel, c'est à dire quand il n'a rien à tirer de la situation, c'est quelqu'un de peu agréable, au langage plus que douteux et aux manières brutales, pouvant évoluer vers une franche violence. C'est également ainsi qu'on peut le côtoyer lorsqu'il est parvenu à ses fins.
Il est vrai qu'on peut le définir comme étant résolument sadique, jusque dans ses épanchements. En effet, comme pour tout le reste, les rapports physiques l'ennuient vite s'ils sont consentis jusqu'au bout.

S'il lui arrive de s'écraser ? Ha ha ha... Euh... Oui, bien sûr. Alkione n'est ni inconséquent, ni suicidaire, ni stupide. S'il se met lui même en situation périlleuse, il ne va certainement pas tenter le diable, et fera tout pour s'en sortir sans casse. Encore faut-il qu'il se sente en difficulté, ce qui n'est pas évident, parce qu'il est prudent et se montre plutôt avisé.
Outre cela, il existe un autre moyen de le mater, et un seul : sa jeune soeur. Et ce n'est rien de le dire. En échange du plus mince des sourires ou de la plus brève des paroles, il se laissera maîtriser, que ce soit physiquement ou moralement. L'effet est radical, même s'il vient à être accompagné de termes plus ou moins polis, et les faits sont établis : la demoiselle est en état d'obtenir n'importe quoi de lui avec le minimum d'efforts.
C'est là une part importante de ce qu'il est : évoquer une grande affection pour Asselia est une sombre plaisanterie. En réalité, il l'adule, il l'adore avec la ferveur qu'on voue à une idole païenne, il la sacralise et la divinise de manière absolument révoltante. Loin d'apaiser la folie furieuse qui baigne cet élan, le fait d'en être séparé ne fait qu'attiser son délire. Cela peut occasionner quelques soucis, voire le rendre carrément dangereux : à ses yeux, le commun des mortels est tout juste assez digne de porter le regard sur elle, et encore. Quant à approcher Asselia, parler à Asselia ou, sacrilège absolu, toucher Asselia, eh bien... si vous y tenez, alors tâchez de le faire avant qu'il ne la retrouve. Ca risque d'être plus compliqué après.


HISTOIRE :

Mais qui a vu - qui a vu - qui a vu
ce qu'il ne devait pas voir ?


Ah, il convient bien sûr d'exposer le récit adéquat. Savez-vous, ce sont de vieilles affaires. Et puis, qu'est ce que j'y peux, franchement ? Les gens sont si peu fiables. Ils vous disent blanc, et ils font noir. Soyons honnêtes : les femmes s'illustrent particulièrement bien dans ce domaine... même si j'admets que, souvent, les hommes ne font pas forcément mieux. Soit. Je ne peux pas m'occuper de tout, n'est ce pas ? En quelque sorte, je suis profondément altruiste.

Et voilà le passe-partout. Ouvrez tout, allez partout, mais...

J'aimerais qu'on rétablisse les faits, s'il vous plaît. Il est un peu trop facile, à mon goût, de tourner les choses de manière aussi subjective. Si vous le permettez, je reprends le cours des choses, et commence au commencement.

Ma mère était une foutue emmerdeuse. Pardon, je voulais dire : ma mère était une dame relativement difficile à vivre. Je ne serais pas étonné d'apprendre qu'elle ait passé l'intégralité de sa vie avec un parapluie profondément enchâssé dans le derrière. Mais je ne suis pas là pour me perdre en conjonctures. Quoiqu'il en soit, il m'a fallu la supporter un bon paquet d'années. Le principal, et je pourrais dire, le seul intérêt de cette brave femme a été sa suspicieuse et néanmoins incroyable capacité à se faire engrosser par deux fois ; veuillez me croire, il fallait bien être au moins aveugle et sourd pour avoir la motivation de s'allonger là-dessus. S'il m'est un jour donné de croiser la route de mon géniteur inconnu, je veillerai à ce qu'il reçoive la médaille du mérite.
Je crois être né un jour d'hiver, à moins que ce ne soit au plus profond des méandres de je ne sais quelle imagination tortueuse. Je penche pour le jour d'hiver. Exactement le même, pour tout dire, que celui qui a eu l'honneur de se voir marqué par la venue au monde de ma chère petite soeur, deux années plus tard.
D'aussi loin que je me souvienne, peu importaient les caprices du climat car Asselia était à elle seule le plus éclatant des soleils. Que n'aurais-je pas fait, dans quelle mouise ne me serais-je pas fourré pour elle ? J'aurais fait n'importe quoi, élever une portée de canards ou éventrer un type avec les dents, si ç'avait pu la faire rire, de son adorable rire cristallin. Ma rayonnante petite fée, ma poupée au visage de nacre, ma si jolie Asselia. Elle était à moi, vous savez. Elle l'est toujours, où qu'elle soit.

Malheureusement, mon temps auprès de ma précieuse Asselia était compté. J'attire à votre attention qu'on me l'a enlevée de la plus ignoble des manières, c'est à dire brutalement, en me menant si loin d'elle que j'eus beau démener mes méninges durant des mois, je ne trouvais aucun moyen de la rejoindre.

Il faut mourir, madame, et sur-le-champ.

Il a donc fallu que je m'emploie à m'accommoder de cette situation, et je vous prie de croire que ce ne fut pas l'affaire d'un maigre effort, car je me trouvais avec ma charmante mère pour toute compagnie. Oui, celle-là même dont nous soupçonnons la présence d'un parapluie dans le fondement. Cette femme était éprouvante au point qu'il relève du miracle que je sois resté sain d'esprit, mais je dois reconnaître qu'elle a eu au moins le bon goût de me laisser croître en paix. Car, véritablement, je dois avouer que cette période de ma vie ne présente aucune forme d'intérêt, sinon celle de m'avoir vu devenir tel que je suis aujourd'hui... Ou même un peu avant, car je pris réellement substance à l'âge de seize ans, à l'instant où j'ai soulagé le monde de l'existence de ma génitrice. Comprenez que c'était un mal - ou un bien - nécessaire. Je n'y ai mis absolument aucune haine, j'ai simplement fait ce que je devais faire.

Voyez-vous, au cours de ses jeunes années, ma chère Asselia noua un jour à mon cou un collier dont elle me fit cadeau, et qu'elle me pria de conserver. Je l'ai dénoué le jour même où nous avons été séparés, et l'ai précieusement renfermé dans un coffret soigneusement verrouillé, où il a dormi de nombreuses années, jusqu'à ce que le temps me permette de rassembler la force et les compétences suffisantes à mon avènement, jusqu'à ce que ma mère le libère, et me permette, par extension, de me libérer également.
J'avais pris soin de la prévenir, soyez-en assuré, de ne pas chercher, de ne jamais chercher à ouvrir ce coffret, sous peine d'irréversibles représailles. Et, amis attentifs, du jour où je lui en remis la clé tout en réitérant mes mises en garde, combien de temps croyez-vous que mon malheureux coffret demeura clos ?
Il ne fallut pas même une demi-journée pour qu'elle éventre mon trésor, me conférant par là même l'aval de l'en punir, irréversiblement.
Je l'ai égorgée.
J'avais prévenu.
J'ai noué à nouveau le collier de ma chère Asselia à mon cou, pour ne plus l'en retirer, et j'ai commencé alors à vivre.


Je vous défends d'y entrer, et je vous le défends de telle sorte, que s'il vous arrive de l'ouvrir...

Et après ?
Après, c'est la tragique histoire d'une quête sans fin. Il ne s'agissait pas de retrouver ma chère soeur ; pour me lancer dans cette recherche, il m'a fallu attendre encore....
Mon coffret d'antan est devenu une porte massive ; ma maigre serrure s'est muée en solide cadenas ; le précieux collier a laissé place aux cadavres. En revanche, j'ai gardé le couteau : il est ma foi très bien pour ce qu'il a à faire.

J'ai vu défiler les saisons, et, avec eux, les échecs successifs des Belles. Et des moins belles. Je ne suis pas très difficile, vraiment, encore moins sur un point de vue moral. J'ai connu les pires garces comme j'ai cloîtré les plus innocentes. Oh ! Bon sang. Vous n'allez pas me dire que vous étiez convaincus qu'elles étaient toutes là de leur plein gré ? Non, là, je suis flatté, mais vous faites fausse route.
En tous les cas...
Il est presque lassant, au bout d'un moment, de contempler ces ballets identiques, tant le hasard n'a plus sa place. Il est vrai que je n'ai jamais négligé d'attiser au possible toute forme de curiosité. Mais, au juste, que pourrait-on me reprocher ?
J'ai prévenu.
J'ai toujours prévenu. A chaque fois.


Et le moment est venu. Je suis parti à sa recherche. Ma rayonnante petite fée, ma poupée au visage de nacre, ma si jolie Asselia. J'espère juste que la route ne sera pas trop longue... Ou, au moins, que je trouverai en chemin de quoi m'occuper




VOTRE BUT DANS LE JEU : Alkione cherche à remettre la main sur sa soeur, et à poursuivre sa noble cause personnelle, qui est de s'épanouir aux dépents des autres.

AUTRE : Je présente à l'ensemble des membres ainsi qu'au staff admin mes plus plates excuses pour les écarts de langage occasionnels de mon personnage.

~ FOR PLAYING ~

GROUPE AUQUEL VOUS SOUHAITEZ APPARTENIR : Blackberry

VOULEZ VOUS UNE DEMEURE Non, merci, c'est très urbain d'vot'part

VOULEZ VOUS UN RANG PERSONNALISÉ ? à priori non °_°


~ AND YOU ~

COMMENT AVEZ VOUS CONNU LE FORUM ? Par un partenaire.
QU'EN PENSEZ VOUS ? Devant la diversité numérique absolument délirante de l'offre relative aux forums rpg à thème similaire, le dénommé "bloody jam" propose une approche originale qui lui permet de se démarquer de ses concurrents directs, raison pour laquelle vous devez me supporter aujourd'hui. Il est très bien.
DES SUGGESTIONS ? Mmmh... Nah.
CODE : Oki by Len
AUTRE CHOSE À AJOUTER ? Ils vécurent heureux et eurent beaucoup de petites baies.
Revenir en haut Aller en bas
Asselia Akane
♥ ~Little Fairy~ ♥

avatar

Messages : 75
Date d'inscription : 31/08/2009
Age : 23


Still Alive ?
Humeur: Joyeuse ♥
Arme: Aucune pour le moment
Autre chose à dire mon petit ?: Naah !
MessageSujet: Re: Alkione Akane [Finie] Jeu 8 Avr - 20:55

Bienvenu mon kiki d'amouuur ! ♥️

*sort*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Leniro Garden
Little ßut so cute

avatar

Messages : 51
Date d'inscription : 01/09/2009
Age : 23


Still Alive ?
Humeur: Today it's good...
Arme: Une lampe de poche
Autre chose à dire mon petit ?: J'aimerai dire que je suis pas petit mais...
MessageSujet: Re: Alkione Akane [Finie] Jeu 8 Avr - 22:31

Ah la la, l'adoration du grand frère pour sa soeur... Sans limite, vraiment. Donc tu vas me tuer parce que j'ai osé sauver la vie d'Asselia et donc, lui adresser la parole ? xD

Bref pour en revenir à mon travail... Ah oui non... Bienvenue ! =D

Je disais donc... J'adore ton style d'écriture franchement, j'ai hâte de voir ce que ça donnera en rp. Je pense qu'on viendra pas me punir si je te valide.

En bref, bienvenue dans notre belle confiture *s'incline*


Dernière édition par Leniro Garden le Ven 9 Avr - 17:17, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://unknown-s-empire.forum-pro.fr/
Asselia Akane
♥ ~Little Fairy~ ♥

avatar

Messages : 75
Date d'inscription : 31/08/2009
Age : 23


Still Alive ?
Humeur: Joyeuse ♥
Arme: Aucune pour le moment
Autre chose à dire mon petit ?: Naah !
MessageSujet: Re: Alkione Akane [Finie] Jeu 8 Avr - 22:33

Confiture ... XD
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Alkione Akane [Finie] Ven 9 Avr - 2:05

Merciii bien ! et qu'on reçoive toute ma reconnaissance pour cette aimable validation.

Pour ce qui est de la confiture (gné.), je m'y lancerai dès mon retour car je dois m'absenter quelques jours, j'espère trouver une(e) gentil(le) proie victime jouet partenaire de rp, pour une entrée en jeu qui va bien.

Sinon, je ne crois pas que sauver la vie d'Asselia constitue une circonstance atténuante pour avoir eu l'aplomb de lui parler... Par contre, aussi effronté soit cet acte souillant, est-il considéré comme passible de la peine de mort ?
interrogation Ou peut-on régler ça par un arrachement de langue barbare, ou, plus raffiné, une brûlure chimique du larynx ? Il va falloir établir des tableaux d'équivalences. *sbaf*
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Alkione Akane [Finie] Ven 9 Avr - 18:46

Bienvenue !
J'adore ta façon d'écrire !!! J'aime beaucoup les remarques sur la mère d'Alkione !!!

Quoi qu'il en soit, bienvenue !
Amuse toi bien Smile
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Alkione Akane [Finie]

Revenir en haut Aller en bas

Alkione Akane [Finie]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
† Bloody Jam † :: Fiches validées-